Entretien avec Giorgio Alessio

Giorgio Alessio est un photographe semi-professionnel qui s’intéresse à la perspective. Il participe à l’atelier de photo argentique du Centre Camille Claudel dirigé par William Pougheon. Les travaux qu’il y a réalisés lui ont permis de prendre part aux expositions collectives du Labo en 2018 et 2019. Il nous explique comment la période de confinement lui a permis de méditer sur sa façon de créer et de photographier.

Propos recueillis par Mariette Barrier le 15 juin 2020.

Temps de lecture : 3 min.

Bonjour Giorgio ! Peux-tu te présenter rapidement ? Depuis combien de temps fais-tu de la photo et quel genre de photo fais-tu ?

Bonjour, je suis originaire de Rome, je suis un voyageur d’Europe avec des expériences professionnelles dans le milieu de l’écologie. Je suis photographe depuis très peu de temps. Il y a quatre ans, j’ai remis en question ma manière de regarder à travers l’objectif de mon Nikon D75 (ndlr : argentique). J’adore faire des photos de perspective et je m’amuse à ne pas capturer les gens dans mes images. Je trouve intéressant de regarder si la perspective apporte un effet supplémentaire en noir et blanc, et comment la variété des nuances de gris se révèle.

Le confinement et toute cette période étrange ont-ils été propices à la création (en photo ou dans d’autres domaines) ? As-tu continué à faire des prises de vue ?

Pas du tout. J’ai très peu travaillé sur la photo, concrètement. Je me suis plutôt concentré sur une forme de méditation pour mettre en valeur ma créativité. Quand j’aurai terminé mon projet interrompu à cause de la pandémie, je pourrai me dédier à cette manière de photographier.

As-tu été plus ou moins productif qu’en temps normal ?

N’ayant pas de laboratoire dans mon appartement, j’ai dû travailler d’une autre façon. Je pense que pour les photographes qui, comme moi, sont attachés au labo, la reprise du travail on la guette comme on attend le moment parfait pour capturer une photo. Il faut avoir de la patience.

Qu’est-ce que le confinement a changé dans ta manière de travailler, dans tes habitudes de photographe ?

Il m’a permis d’améliorer mes sensations et de regarder les choses autour de moi avec un peu plus de finesse.

Le confinement et le virus sont-ils présents dans les images que tu as faites ou le sera-t-il dans celles que tu feras à l’avenir ? Est-ce volontaire de ta part ?

Non et ils ne le seront jamais. Je suis un photographe un peu « atypique » dans ma manière de photographier, un photographe qui regarde les choses sans la présence humaine.

Est-ce que tu t’es replongé dans tes négatifs ?

Non, chaque photo se conserve en moi, les négatifs sont uniquement une sorte de souvenir tangible de mes interminables promenades de jour et de nuit à la recherche de mes photos.

Est-ce que tu as travaillé sur un projet précis dont tu veux nous parler ?

Comme je disais, le confinement m’a permis de travailler sur mes perceptions et ma créativité encore très peu développées. Réaliser une photo ne vient jamais d’un jour à l’autre, pour moi c’est un travail de tests en laboratoire jusqu’à aboutir à l’image qui me plaît. Malheureusement, c’est un travail qui peut durer 5 minutes ou des mois…

A ton avis, quelles seront les conséquences futures du confinement et de la Covid-19 sur la photographie (du point de vue de la profession, de la pratique, des sujets traités…) ?

Pour la plupart des photographes c’est un moment très compliqué, j’espère pour nous tous des moments plus agréables. En général, l’impact de la maladie peut permettre aux artistes photographes de faire une pause, d’avoir un moment de méditation et d’introspection pour affiner la prise de vue, pour travailler sur de nouvelles idées et pour, après, repartir sur le terrain.

Malgré tout, est-ce que tu te projettes, est-ce que tu as des projets ou des envies photographiques ?

Oui. J’espère pouvoir bientôt changer mon regard dans la photo. Mais je n’en dirai pas plus, je vous laisse un peu de suspense…

Y a-t-il un endroit (réseau social, site web) où l’on peut voir ton travail ?

Malheureusement non. Je suis un peu à l’ancienne, version papier…

Merci d’avoir pris le temps de répondre !

Merci à toi, et à très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.